LE DÉBAT POUR TOUS - Mariage pour tous contre Manif pour tous

 



165 x 235 mm
304 pages
Broché
ISBN : 979-10-90090-21-7
21,50 €

19 juin 2013

Télécharger un extrait


 

 

LE DÉBAT POUR TOUS - Mariage pour tous contre Manif pour tous
MARTIN ZELLER ET WANDRILLE

L’histoire du plus grand débat de société en France depuis l’abolition de la peine de mort.

 

La France, patrie des droits de l’homme, a vu au cours du xxe siècle nombre de débats mettre sa population dans la rue, s’opposant sur des questions de société : l’Affaire Dreyfus, la guerre en Algérie, mai 68, l’école libre et, il y a quinze ans, le PaCS. Celui-ci instaurait une première union ouverte aux homosexuels et, déjà, l’émotion avait été grande, mais rien de comparable avec le débat sur le Mariage pour tous et l’importance de la réaction que constituent les Manifs pour tous.

 

Premier débat citoyen à quitter la rue, la presse et la télévision, pour s’épanouir sur internet, il a été abondamment relayé sur les réseaux sociaux. Facebook, twitter, les sites d’informations, la diffusion des débats, la publication des articles, des réactions, des commentaires, jamais un débat n’avait autant fait vibrer la toile.

 

Ce livre raconte le débat sur le Mariage par ceux qui l’ont fait, à la tribune des assemblées, à la télévision, dans la rue, sur leur blog, par voie de presse, en dessins, en photos, en affiches, en tweet ou en bande dessinées.




Auteur Martin Zeller et Wandrille
Martin Zeller et Wandrille

Wandrille et Martin Zeller se sont intéressés au débat d’un point de vue citoyen : trentenaires, travaillant dans l’édition ; l’un à Berlin, l’autre à Paris, hétérosexuels bon teint, le Mariage pour tous ne les concernait pas à titre personnel. Mais la virulence du débat a poussé l’un à prendre parti et l’autre à chercher à comprendre. Ce livre est le résultat de leur collaboration et vise à conserver une trace documentaire de ce premier grand débat du troisième millénaire, de sa passion, de sa violence, de ses excès mais aussi parfois de son humour, car il n’en fut pas dépourvu.